LA MALADIE CŒLIAQUE OU « INTOLÉRANCE AU GLUTEN »

La maladie cœliaque, parfois appelée “intolérance au gluten”, est une inflammation chronique de l’intestin liée à la consommation d’aliments contenant du gluten. Cela se produit en raison d’une réaction immunitaire excessive déclenchée par la présence de la gliadine, une protéine présente dans le gluten, ce qui entraîne une inflammation et des dommages à la paroi interne de l’intestin des personnes atteintes. Il s’agit d’une maladie auto-immune, ce qui signifie qu’elle résulte d’une réponse immunitaire dirigée contre les propres composants de l’organisme.

Cette affection de la paroi intestinale a plusieurs conséquences, notamment une perturbation de la digestion et une absorption réduite de nutriments, de minéraux et de vitamines.

Il est important de noter que l’intolérance au gluten ne doit pas être confondue avec une allergie alimentaire, qui provoque des symptômes immédiats après avoir consommé du gluten. En revanche, les symptômes de l’intolérance au gluten apparaissent progressivement avec le temps.

Bien que l’on estime que la maladie touche environ 0,7 à 2 % de la population européenne, avec environ 700 000 personnes atteintes en France, ces chiffres pourraient être sous-estimés en raison de nombreuses formes de la maladie qui présentent peu ou pas de symptômes. En outre, l’intolérance au gluten est plus fréquente chez les femmes, touchant deux à trois fois plus de femmes que d’hommes.

De lourdes conséquences possibles en l’absence de traitement

Les symptômes de la maladie cœliaque peuvent varier considérablement d’une personne à l’autre et dépendent également de l’âge auquel elle se manifeste :

  •  Chez les nourrissons, elle se manifeste par des diarrhées chroniques, une perte d’appétit, des changements de comportement, et peut perturber leur croissance.
  • Les enfants atteints de la maladie cœliaque peuvent présenter des symptômes digestifs tels que des diarrhées, des nausées, des vomissements, une perte d’appétit et des ballonnements abdominaux. Ils peuvent également présenter des symptômes non digestifs tels qu’un retard de croissance, une fatigue chronique, une puberté retardée, etc.
  • Chez les adultes, les symptômes digestifs les plus courants incluent une diarrhée chronique, des ballonnements et une perte de poids. Lorsque la maladie n’est pas diagnostiquée tôt, des symptômes non digestifs tels qu’une fatigue prolongée, une anémie, des aphtes récurrents, des fractures liées à l’ostéoporose, la stérilité, des troubles nerveux, etc., peuvent également apparaître.

Il est essentiel de noter que si la maladie cœliaque n’est pas traitée, elle peut entraîner des risques graves, notamment des cancers du tube digestif, la stérilité, l’ostéoporose et un retard de croissance chez les enfants, après une longue évolution.

Le dépistage pour savoir si l’on est intolérant au gluten

Avant de considérer un régime sans gluten, il est impératif de subir un dépistage de l’intolérance au gluten et de consulter un professionnel de la santé.

Le dépistage de l’intolérance au gluten consiste en un simple prélèvement sanguin visant à détecter des anticorps spécifiques de la maladie, tels que les anticorps anti-transglutaminase tissulaire (généralement de type IgA) ou, dans des cas particuliers, les anticorps anti-endomysium (de type IgA ou IgE). Si ces anticorps ne sont pas détectés, il est peu probable que vous souffriez d’intolérance au gluten. En revanche, leur présence renforce la suspicion de maladie cœliaque.

Le diagnostic sera ensuite confirmé grâce à des biopsies de l’intestin grêle, généralement réalisées lors d’une endoscopie haute, permettant de déceler des lésions sur la paroi interne de l’intestin. Si nécessaire, des analyses génétiques peuvent être effectuées pour déterminer une prédisposition génétique à la maladie cœliaque.

Vous pouvez effectuer un dépistage de l’intolérance au gluten dans un laboratoire médical SYNLAB sans nécessiter une prescription médicale. Vous pouvez consulter votre biologiste et lui parler du “Bilan de l’intolérance au gluten” sans avoir besoin d’une ordonnance.

Le cas échéant, votre médecin traitant pourra élaborer un plan de prévention adapté en fonction de vos résultats et de votre état de santé.

En savoir plus sur la maladie cœliaque

La maladie cœliaque semble avoir une origine immunologique, et elle est fortement liée à la génétique (bien que la génétique seule ne soit pas suffisante pour son développement). Si un parent au premier degré (père, mère, frères, sœurs, enfants) est atteint de la maladie cœliaque, vous avez un risque de 10 % de la développer également. Plusieurs facteurs peuvent favoriser cette maladie, tels que la présence de la trisomie 21, d’autres maladies auto-immunes, ou encore le diabète de type 1.

Le seul traitement efficace pour la maladie cœliaque est de suivre un régime alimentaire sans gluten, excluant des aliments contenant du gluten comme le blé, l’orge, le seigle, etc. Ce régime doit être suivi à vie, quelle que soit la gravité des symptômes. Le régime sans gluten présente les avantages suivants :

  •  La disparition des symptômes et des anticorps.
  •  La guérison des lésions des tissus intestinaux et la réduction des risques de complications.
  • Chez les jeunes enfants, la fin de la diarrhée, le retour à un comportement normal, et la reprise de la croissance.